Archives de l’auteur : SatYogin

Vipassana à Dhamma Mahi

L’expérience de mon Vipassana.
Depuis plusieurs années je voulais pratiquer un Vipassana, sans vraiment savoir ce que ça impliquait, j’ai souvent regardé le site et de savoir qu’il fallait s’inscrire trois mois avant, sans vraiment savoir si notre dossier serait tiré au sort me repoussait à chaque fois pour faire le premier pas…..
Puis est arrivé le moment où j’ai eu envie de partir quelque part vivre une expérience intérieur intense, et là j’ai pensée au Vipassana.
Dans un premier temps je voulais partir au Mexique le faire, et j’ai vu que là bas il ne fallait s’inscrire que deux mois en avance, alors j’ai décidé de tenter le coup en France dans l’Yonne où je me suis inscrite le 25 septembre 2019, pour pratiquer Vipassana pendant la période de noël, une période qui pour mois est difficile. Comme ça si en France ma candidature n’était pas retenue alors je postulerai au Mexique.
Je me lève donc à la première heure pour que mon inscription soit dans les premières, je remplie le long questionnaire à 06H00, sur mes habitudes quotidiennes au niveau de la méditation et de mon alimentation, à la fin du questionnaire, je prends encore un moment de reflexion avant d’envoyer ma demande….et c’est partie j’appuie sur le bouton entrée..
Quelques jours plus tard, le 27 septembre, je reçois une réponse, ma candidature a été retenue mais pas encore confirmé, il faut que je réponde à deux ou trois questions supplémentaires. Puis un nouveau mail le 28, avec de nouvelles questions. Et je reçois une réponse le 30 septembre pour me dire que mon inscription a été acceptée, qu’une place est provisoirement réservée pour moi, car un mois avant le début du Vipassana je devrai dire si je suis toujours partante pour vivre une telle expérience…..
Un mois plutôt voilà qu’arrive le mail, pas facile de se dire que l’on va partir s’isoler pendant 10 jours en silence, sans pouvoir donner et prendre de nouvelles à nos proches…pendant tout le mois précédent le début du cours, j’ai eu des moments de doute….et arrive enfin le jour J, aie aie aie….
J’avais prévu un train pour aller jusqu’à Laroche Migennes puis un bus venait nous chercher à la gare, un bus par jour, donc il fallait bien prévoir son heure d’arrivée. Finalement les grèves des transports ont changés le plan, un bus a été mit en place sur Paris pour venir récupérer les personnes qui n’avait plus de trains. Je crois qu’aujourd’hui, vous n’avez pas besoin d’y aller en train, ce bus est mit en place pour tous les cours de 10 jours.  Me voilà donc arrivé au bus à Porte d’Orléans pour prendre le bus, je ne savais pas si j’avais toujours le droit de parler…..hihihi, je m’assois à coté d’une dame plus âgée que moi, une grande bavarde, une anglaise allant souvent pratiquer le cours de 10 jours à Dhamma Mahi, très gentille.

A notre arrivée, les personnes se précipitent à l’intérieur, les hommes et les femmes sont séparés, des grandes tables avec des fiches d’inscriptions nous attendent. Je rempli ma fiche puis je fais la queue, j’écoute et je vois qu’il faut rendre livres, papiers d’écritures, téléphones portable, tout ce qui peut perturber notre mental…alors je passe mon dernier coup de fil et je rends mes affaires, mon lit dans le dortoir m’est attribué. Certaines personnes ont des chambres individuelles, « les anciens » et les personnes ayant des soucis de santé je pense, pour les autres ce sont des dortoirs mais individuels nous avons notre propre box. Je m’installe donc dans mon box, puis je fais le tour des lieux, et je retourne dans la salle principale, qui sera notre salle de repas, où je fais la connaissances des autres participantes, des anciennes et des nouvelles auprès d’un thé et fruits.  Et voilà l’heure arrive où l’on nous présente le cours de 10 jours et les personnes que nous pourrons voir et parler si nous avons besoin. A partir de ce moment là nous n’avons plus eu le droit de parler, nous voilà invité a prendre place sur notre coussin attitré où nous méditerons pendant 10 jours. Première méditation avec le discours en anglais et traduit de Goenka pour nous expliquer le cours. A 21H nous partons chacune nous préparer pour la nuit, nous n’avons pas de chance car le chauffage est tombé en panne, il fait donc très froid, mais avec plusieurs couvertures tout va bien. Les premières fois que je croise les autres femmes je m’excuse si je les bouscules, et je souris, puis vite je ne dis plus rien, je tiens la porte mais n’attends pas de remerciement, les yeux de mes voisines sont toujours plongés vers le sol. On apprend à se concentrer sur soi, nos réactions, nos émotions, comment nous ruminons…..
J’ai très bien dormi, est ce le fait d’avoir médité une heure, de n’avoir pas diner ou de dormir dans une salle fraiche !!!!
Levée 04H par le Gong pour méditer dans la salle commune pendant deux heures, je n’arrête pas de bouger, de cogiter, de me demander mais pourquoi je m’inflige ça etc….puis le Gong sonne nous pouvons aller prendre le petit déjeuner, excellent et copieux. Puis de nouveau nous allons méditer jusqu’à 11H, que le temps est long, que c’est difficile, mais un bon repas nous attends, comme le petit déjeuner, exquis. Reprise de la méditation à 13H jusqu’au tea Time de 17H. Je n’en peux plus, j’ai mal partout d’être assise tout le temps et pourtant il faut y retourner jusqu’a 21H. Le premier jour pour moi a été très dur, très dur, tellement j’avais mal partout et tellement je n’arrivais pas à méditer. Les deux premiers jours se ressemblaient, je souffrais beaucoup d’êtres assise, de marcher dehors pendant les pauses en évitant de croiser le regard des autres participantes, de ne pas réussir à calmer mon mental, me demander pourquoi je m’infligeais ça…..bref très dur……..Puis arrive le troisième jours où j’arrive enfin à rester immobile et à méditer une heure sur la journée. Les jours suivant sont moins dure au niveau physique mais plus les jours passe plus c’est dure au niveau du moral, mon ami me manque, d’avoir des nouvelles de mes proches aussi, mais je tiens bon, certaines personnes sont déjà parties car certainement trop intense pour elles.
Finalement chaque jours ce ressemble, et le mental se calme tout doucement, c’est agréable. Quand le dernier jours on nous rend nos affaires personnelles et que l’on peut enfin parler à notre voisine, je suis heureuse car je peux enfin communiquer avec mes  proches mais une sensation étrange, mon mental est calme, serein pas envie d’être pollué par les discussions, le bruit etc….
Et arrive le retour sur Paris, très bizarre, je me sens vide au niveau de la tête, tranquille mais de voir tout ces mouvements autour de moi dans le métro, me perturbe, très heureuse de revoir mon ami, très apaisée…tout simplement très bien. Cette sensation restera encore plusieurs jours, et malgré ma pratique quotidienne de méditation, la vie reprendra tout doucement….
Namaste.

Les asanas se font correctement quand le souffle accompagne les mouvements

Avant d’aller loin dans les postures il faut réussir à canaliser notre esprit pour calmer nos pensées…et apprendre à bien entrer et sortir de celles-ci tout en gardant un bon alignement…
Grâce à une bonne base de l’apprentissage du yoga on peut aller de plus en plus loin dans notre pratique en respectant notre corps…il ne faut pas vouloir aller trop vite…

Pratiquer le yoga malgré une capsulite aux deux épaules…c’est possible

A vouloir pratiquer avec la force et non avec le souffle, j’ai eu une tendinite à l’épaule droite transformée en Capsulite. La capsulite est apparu après une cure ayurvédique en Inde et celle de l’épaule gauche est arrivée quelques mois plus tard…
J’ai beaucoup appris grâce à ça, j’écoute beaucoup plus mon corps, je travaille en douceur et j’adapte mes postures…
​Notre corps est extraordinaire..aimez le, prenez en soin…
Si aujourd’hui vous avez une capsulite, bursite, douleurs lombaires, il est certainement possible de pratiquer le yoga…..n’hésitez pas à me demander.